Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez-moi ici

   

mamanwhatelse@gmail.com

  

Publié par Mamanwhatelse

Dans mes rêves et projections imaginaires de maman, mes parents étaient très présents pour s’occuper de mes enfants.

Je voulais qu’ils tiennent un rôle de grands-parents comme on les voit dans les films, qu’ils tissent une relation unique.

 

Que mon père aille les chercher chez Magic V. ou à la sortie de l’école.

Que ma mère leur cuisine leur plat préféré.

Que mon père leur fasse partager sa passion des petites voitures et qu’il leur fasse découvrir sa collection, qu’il constitue depuis sa plus tendre enfance (des milliers de miniatures attendent dans des cartons pour faire un tour… petit clin d’œil à Woody & Buzz…)

Que ma mère joue aux petits chevaux ou au jeu de l’oie, comme j’ai pu jouer avec ma grand-mère.

Que mes parents les emmènent en vacances.

 

Que mes enfants aient de vrais souvenirs de complicité, de moments partagés avec eux. 

  

Mais tout ça, il n’y aura pas.
Pas de vacances seuls avec eux, pas de nuits chez Papy & Mamy, pas de moments exclusifs.

Pourquoi ?

Parce que la maladie d’Alzheimer m’a pris mon papa et qu’elle ne me le rendra pas.

 

Je me demande régulièrement quels souvenirs auront Mister E. et Little B. de ce papy.

Je n'ai que très peu connus mes grands-parents mais de chacun d'eux, je peux me remémorer une image, une histoire.

Alors que se rappeleront-ils de lui?

 

Ce papy, un peu lointain, un peu bizarre, qui dit « elle » au lieu de « il », qui ne parle pas beaucoup mais qui sourit sans cesse, qui oublie immédiatement ce qu’on vient de lui dire, qui a besoin qu’on lui explique deux fois une même chose avant de s’exécuter comme un petit soldat, qui cherche à nous faire plaisir avant tout.

Ce papy, qui a passé toute sa vie à travailler, pour élever ses filles, faire vivre sa famille, en s’oubliant soi-même.

Ce papy, qui une fois à la retraite aurait pu profiter de ses 5 petits-enfants, lui qui aime tant les enfants, lui qui sait bercer les bébés des heures durant, lui qui a une patience que bien peu de gens ont.

Ce papy, qui n’est plus tout à fait le même et qui s’éloigne un peu plus de jour en jour dans son monde à lui.

Ce papy, qui un jour ne les reconnaitra plus et qui leur demandera qui ils sont.

 

Quels souvenirs en auront-ils, eux qui ne l’auront connu que « malade » ?

Franchement je n’en sais rien.

Pour eux, c'est juste un papy ordinaire, un papy qui joue, qui leur fait des chatouilles, qui les fait rire et qui les taquine.

Quand j'essaie d'en parler avec Mister E., de lui expliquer, sa seule réponse est "Papy bobo non!".  

Moi je pense au futur, aux questions qu'ils me poseront. Alors pour retenir le temps, je demande à l’Homme de faire un maximum de photos.

Des souvenirs sur papier glacé, c’est tout ce que je peux leur apporter pour le moment.

Plus tard, je leur raconterai des anecdotes sur leur grand-père.

 

Aujourd'hui, ce que je sais, c’est que dès qu’il aperçoit les enfants au bout du couloir, qu’il les voit débarquer dans l’entrée de leur appartement, son visage s’éclaire, le sourire apparaît et pour quelques instants encore, je retrouve mon papa.

Ses petits-enfants l'aident à tenir, le portent. Son plus beau cadeau c'est eux.

 

IMGP9689     

Joyeux anniversaire, mon petit papa à moi. 

 

 

EDIT 1: Il est des sujets qui ne sont pas faciles à traiter. Ce billet en est un exemple flagrant.

Des semaines qu'il traine dans mes brouillons. Des jours à écrire puis tout effacer et ré-écrire...

J'ai toujours eu une certaine pudeur pour raconter et partager mes soucis familiaux.

C'est toujours difficile de mettre des mots sur des sentiments, de les entendre résoner à mes oreilles... comme si ne pas les prononcer, les rendait moins réel. Et pourtant...  

 

EDIT2 : J'emprunte le titre de mon article à Miss M., ma nièce de 8 ans et demi.

Depuis que j'ai aperçu un de ses dessins sur le frigo de mes parents,  où était écrit en gros "Papy est malade", son dessin me hante et me peine. 

J'ai réalisé qu'elle n'était plus la petite fille dont je m'étais tant occupée, mais qu'elle était maintenant suffisamment grande pour se rendre compte qu'il se passait quelque chose, que son papy n'était plus comme avant, et que par conséquent elle pouvait elle aussi souffrir de cette situation.

Comme sa maman, comme moi.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

Marine 12/05/2016 18:50

Cet article est très émouvant. Ma maman est également atteinte de cette p***** de maladie et a un stade bien avancé. Elle ne nous reconnaît plus mais dès qu'elle voit ma fille de 5 ans, son visage s'illumine et n'a d'yeux que pour elle, la couvre de bisous et de caresses. Je pense qu'un livre comme celui-ci pourra m'aider quand ma puce aura des questions.

Carol 18/09/2012 14:51


Bonjour, nouvelle abonnée le premier article reçu par flux me renvoie sur celui-ci.


Sans lire les autres commentaires j'imagine tous ce qui a pu être écrit et bien évidemment, je suis touchée aussi par ce récit pudique.


Je veux juste appuyé sur le fait  que les souvenirs sont là, ils pourront être transmis! Les photos aussi et ça, c'est une richesse. Tout ce qui a été vécu est enmagasiné et ne pourra
pas être enlevé.


Parfois, ailleurs, la maladie qui "s'invite" c'est juste la dernière chance d'avoir un dialogue qui s'enfuit.... Il n'y a jamais eu et dorénavant il n'y aura jamais d'explications, jamais.


Pouh, faudrait pas écrire sur le coup de l'émotion je crois, pourtant....


Belle journée à vous.

pacotille 17/01/2011 15:59



Ton article est très émouvant et fait écho en chacun je pense car l'angoisse de perdre (physiquement ou même seulement mentalement) ses parents est encore plus forte quand on est soi-même
parents. En tous cas pour ma part cette angoisse que les choses ne se passent pas comme je l'imaginais avant est apparue quand je suis devenue mère. Je souhaite que longtemps encore ton papa soit
présent et profite de ses petits-enfants, à sa manière, car après tout quoi de plus beau pour un enfant que de lire du plaisir dans les yeux de ceux qui les entourent.


PS : la photo est très belle.


 



ambiancegourmande 17/01/2011 10:30



Je me retrouve dans tous ces mots... avec mon papa et sa maladie (différente de celle de ton papa mais qui nous l'a enlevé peu à peu...). Ma fille avait 2 ans quand il est parti... nous parlons
de lui et il existe à travers nous... il n'y aura plus jamais de temps partagé et privilégié entre ma fille et son papi... mais il existe vraiment dans son coeur...


Courage



Emeline 16/01/2011 23:14



:-/


t'embrasse (fort)



sois belle et plais toi 16/01/2011 20:13



Ton article est super émouvant, je ne peux rien dire pour te reconforter etc.


Mais il serait bien que ton bout de chou, tes neveux et nieces prennent des photos avec leur papy pendant qu'il se souvient encore d'eux...Et plus tard ca leur fera du bien de se dire que leur
papy a cette époque il savait qui étaient ces bout de choux autour de lui...Et ces photos refleteront vraiment qui il est...


Mais ton histoire est touchante



mademoiselle_rêve 16/01/2011 14:53



Très touchant ton article...



Claire 16/01/2011 13:36



Pleins de courage, c'est bien difficile .... Mon grand pére n'est plus, suite à cette maladie, il l'as eu tard, alors j'ai eu pleins de jolis souvenirs de lui avant son déclin, qui est si dur à
gérer.



kakrine 16/01/2011 13:24



j'ai été très émue à la lecture de ton très beau post, émouvant, pudique, douloureux aussi... je me sens très proche de tout ce que ce post contient et partage tes questionnements, tes
doutes face à l'acceptation et en même temps tout cet amour pour celui qui reste simplement "Papa". Mon père a été victime il ya quelques mois d'un grave accident de la route et a eu un
traumatisme cranien très sévère. Les séquelles sont identiques à  ce que tu décris... à la différence que son état ne devrait pas s'aggraver... (on ne sait pas non plus s'il pourra
véritablement s'améliorer)  En démarche d'adotpion, je dois ainsi accepter que mes futurs enfants n'auront pas le grand-père qu'ils auraient dû avoir... et c'est l'une des plus grandes
douleurs, je crois... Mais quand je vois ma nièce de trois ans avec son Papi, je me dis que cette spontanétité et cette empathie des petits enfants est pour lui un formidable encouragement et lui
permet de jolis moments de petits bonheur, tout comme à sa petite-fille...


bon courage à toi et profites de chaque instant avec lui, ainsi que tes enfants.


Kakrine


http://le-blog-de-kakrine.blogspot.com/2010/07/sous-le-choc.html 


 



Julie 16/01/2011 11:52



Ce texte est très émouvant et me renvoit à l'image de ma grand-mère lorsqu'elle avait Alzheimer. C'était pour moi la femme la plus gentille, la plus altruiste et généreuse que j'ai eu l'occasion
de rencontrer, mais malheureusement sa maladie l'a complètement changée et elle est devenue un peu agressive envers les personnes qui s'occupaient d'elle (infirmières, garde-malades). Pas avec
nous en tout cas, et c'est exactement comme ton papa, son visage s'illuminait lorsqu'elle nous voyait.


Je te souhaite beaucou de courage dans cette épreuve, et je trouve que c'est une merveilleuse idée de coucher tous ces souvenirs sur papier glacé pour en reparler ensuite à tes enfants et leur
expliquer comment était leur papy.


Bises


 



beaute-et-compagnie.com 16/01/2011 10:08



Ton billet est vraiment très bien écrit et super émouvant...


 


Cela ne doit pas être facile à gérer mais je t'envoie tout plein de courage!! Ton post m'a vraiment super émue et j'aimerai te dire plein de choses mais je ne sais pas comment l'écrire.


 


Un joyeux anniversaire à ton papa qui j'en suis sûre est superbement bien entouré.



as de trêfle 15/01/2011 15:07



Trés beau billet. 


Ma grand-mère a cette même maladie, et j'avais peur, que les enfants, même tout petits, ne la jugent, puisque la maladie ne se voie pas. Mais il n'y a que pure affection entre eux, chacun à leur
manière, et ça me fait vraiment chaud au coeur.



Emilie 15/01/2011 14:06



La maladie d'Alzeimer est malheureusement quelque chose contre laquelle on ne peut pas vraiment lutter.


Ma grand mère l'avait et est décédée fin 2010.  En tant que petite fille, les souvenirs que j'avais elle, je les ai gardés précieusement. Chacun le vit différemment, mais je pense que tes
enfants comprendront facilement et garderont précieusement chaque souvenir avec leur papy :)


 


Bon courage.



AnneLaureT 15/01/2011 13:49



Merveilleux billet, rempli de pudeur et d'émotion... Les mots me manquent...


 


*



Dom 15/01/2011 01:14



Des mots plein de pudeur et de retenue pour parler d'une douleur à laquelle on ne peut pas apporter de réponse. Ce que je sais par contre, c'est que pour avoir perdu mon père, il y a déjà trois
ans et n'en avoir aucun souvenir, photo, dessin, rien de lui, je fais vivre son souvenir, son humour, son talent aussi au travers de ce que je raconte à mes enfants de lui.


mes souvenirs d'enfant, le plus jolis, pas trop les autres, des souvenirs de vacances, des rires, des habitudes, des traditions, des choses que je peux transmettre et qui feront qu'ils auront,
une fois grands, des souvenirs d'un papy pourtant bien peu connu.


C'est par nous, mère, ou père, que les choses peuvent rester bien vivantes.



Laure 15/01/2011 00:54



Sinon, je viens de voir ton com sur l'article de Marjoliemaman et ça m'a fait sourire. Je te rassure, Arsène en est seulement à 8 pièces!!!


J'ai prévu d'acheter un fouet demain pour qu'il arrive à 48 pièces à 3 ans, comme KA! Si tu veux, on partage le prix du fouet et on le garde une semaine chacune!!!



Laure 14/01/2011 22:41



Ton billet me fait frémir, il est touchant et tellement triste.


Je ne suis pas (encore?) confrontée à ce problème mais je te comprends ô combien.


Bon anniversaire à ton papounet et tout cet amour que tu lui porte, je pense qu'il le ressentira toujours quel que soit son état.



C-cilou 14/01/2011 22:15



Je comprends que tu aies eu du mal à l'écrire, cet article, mais tu as bien fait de le faire, car non seulement il est très beau et très touchant, mais également il nous parle d'une maladie qu'on
a parfois la chance de ne pas connaître dans son entourage proche...J'ai donc une pensée pour ces malades à qui leur vie échappe et à ton papa en particulier.



Dame Marmotte 14/01/2011 21:19



merci de l'avoir écrit... le papy de mon fils a "le pouce qui marche pas" comme dit mon fiston de 5ans... restes entre autres d'un AVC...  et même si ce papy n'est pas mon papa je sais
combien c'est difficile. je suis émue et ne sait comment l'écrire.


 



Aurélie 14/01/2011 19:16



Magnifique billet. Il montre à quel point tout est fragile dans la vie...



amli 14/01/2011 17:50



C'est très difficile de faire le deuil de la relation que nos enfants n'auront pas avec nos parents.... J'en ai rêvé, et
j'en rêve encore de cette relation...Qu'elles n'auront jamais puisque ma maman n'est plus là. J'ai eu une grandd mère formidable et exemplaire, mes enfants n'en auront pas. Mais j'essaie
de leur créer d'autres "personnes référentes, les tantes, les oncles...


Bisous a très bientôt!



SGM 14/01/2011 17:14


Ce billet a du te soulager, ce poids doit te hanter chaque jour et nous le faire partager est un moyen de te libérer un peu même si ce n'est qu'un tout petit peu... Moi aussi j'avais de grands
rêves quant aux grands-parents de mes enfants et même si ce n'est pas pour le même raisons, mes rêves se sont envolés malheureusement. Je me rassure chaque fois en me disant qu'ils ont des parents
présents et aimants, un noyau solide voire le plus solide pour leur avenir. Je suis d'accord avec Julie, ils auront les souvenirs que tu leur transmettras et parfois ca peut même rester comme un
conte de fée dans leur imaginaire d'enfant, a toi de trouver la force et le poids des mots. 28 copinautes sont la pour te donner tout notre soutien et on souhaite de tout coeur qu'il te fera
beaucoup de bien. Tiens bon et entoure ton papa de tout ton amour car c'est la plus belle chose qu'il puisse avoir.


Krinjet 14/01/2011 16:22



Ta douleur transpire dans ce texte, qu'il doit être difficile de vivre tout cela. On voit bien tout l'amour qui vous unis, profites de lui à chaque instant, continues de fabriquer des souvenirs
avec tes enfants .... J'aurais tant aimer que les miens connaissent leurs 2 grand-pere ...


Mille bises



MamaFunky 14/01/2011 15:52



Ma pauvre. Cette situation doit en effet être bien difficile et douloureuse à gérer...


Mais tes enfants pourront avoir les souvenirs que tu pourras leur transmettre, de ce papy courageux et aimant. :)



Isabelle 14/01/2011 15:28



Bonjour,


Je suis moi aussi maman de 2 enfants (2 filles, 5 ans et 16 mois) et ma maman est également atteinte de cette maladie.
Non seulement nous perdons, nous parents, peu à peu, notre parent, mais en plus nos propres enfants ne connaitrons pas leur papy ou mamie tel que nous les avons connu. C'est très dur !


Je n'arrive pas à parler de cela avec ma fille ainée et pourtant il faudra bien le faire un jour car elle commence à se poser des questions.


Voici un lien que je n'ai pas encore montré mais qui pourrait s'avérer utile un jour.
http://www.francealzheimer.org/pages/association/livret-la-maladie-alzheimer-expliquee-aux-enfants.php#1


Bon courage à vous et à votre famille



juliette 14/01/2011 15:16



C'est un très bel article, très touchant. Pour les souvenirs, ils auront tout ce que tu leur raconteras de lui. Et aussi les bons moments qu'ils passent ensemble, même s'ils sont différents de ce
que tu avais imaginé.



Melo on the Cake 14/01/2011 14:42



Une maladie bien difficile à vivre autant pour celui qui la vit que pour l'entourage... Ma grand-mère en est atteinte et au début de la maladie, elle entrait dans des crises de rage contre
elle-même dans ses moments de lucidité, en se demandant pourquoi elle se mélangeait les pinceaux de la sorte... maintenant, elle est dans une sorte de flottement permanent mais elle nous
reconnait encore, alors moi je m'accroche juste à ça pour le moment...


Et je ne peux qu'imaginer à quel point cela doit être dur à vivre en tant qu'enfant... moi, je suis "juste" petit-enfant et je sais déjà que je souffrirai quand je ne serai plus qu'une inconnue à
ses yeux :(


Par contre, je pense que les enfants ont une propension sans limites à ne tirer que le bon de toute chose, à ne pas trop se poser de questions quand ils sentent que celles-ci apporteraient
des réponses négatives, à juste vivre au jour le jour et je suis sûre que tes enfants retiennent les super moments que leur offre leur grand-père sans se préoccuper du reste

Eve 14/01/2011 13:20



Ton joli texte si pudique m'a beaucoup émue, un membre de ma famille est parti il y a 4 ans de cette maladie. Tout ce que je peux te dire, c'est bon courage et garder l'amour envers et contre
tout. Bisous



cleopat 14/01/2011 12:59




fichue maladie qui fait autant de mal à celui qui s e rend compte peu à peu qu un jour il ne sera plus lui même( comme ça doit être difficile !)


et si difficile pour les proches, qui le voient peu à peu s' éloigner!


mes enfants qui sont adultes ont perdu leur oncle d'un cancer et c est incroyable comme le souvenir est vivant (alors que mon fils n avait même pas 5 ans) et ils ne gardent pas que la
maladie, rassure toi, l amour, la tendresse aussi!


c est bien d e prendre un maximum de photos pour continuer à faire vivre ton papa dans leur cœur et dans ton cœur!


ton billet est bouleversant ! mais quel hommage quel message d'amour éternel !




Maman sur Terre 14/01/2011 12:48



Je suis désolée pour ton papa. C'est triste. J'espère qu'il ne se rend pas trop compte de ce qui se passe.
Je comprends que tu te questionnes pour tes enfants. On voudrait tous que nos enfants ait un souvenir indélébile de nos parents.



Petoulette 14/01/2011 12:48



Je crois que je n'ai jamais eu les yeux larmoyants en lisant un article même les plus sensibles. Tout le monde est concerné, merci de nous le faire partager. Construisons nos souvenirs avant
qu'il ne soit trop tard... très belle plume, tu as du en passer des heures et des paquets de mouchoirs pour arriver à cette émotion... encore merci!



happylili 14/01/2011 12:39



Pour moi, c'est ma maman qui est malade, et qui souffre de ne pas pouvoir être la grand-mère qu'elle avait rêvé d'être.


C'est pourquoi ton post me touche, je partage ta douleur de voir l'un des nôtres dépérir. Et toutes ces questions par rapport à nos enfants...


Je t'embrasse fort, te serre contre moi et te souhaite plein de courage, car l'amour tu l'as déjà.



La Mère Joie 14/01/2011 12:37



Je voudrais souhaiter un joyeux anniversaire à ton papa. Elle est très belle cette photo, pleine d'amour tout comme ton texte. Parce que finalement, moi ce que je retiens de ton billet c'est
l'amour que vous vous portez les uns aux autres.



Lucky Sophie 14/01/2011 12:34



Magnifique billet, pour une situation bien difficile surtout pour toi, plus que pour tes enfants, je pense. Je suis toujours émerveillée par cette capacité d'adaptation extraordinaire aux
personnes "différentes" qu'ont naturellement les petits enfants.


Je pense que tu dois connaître ce livre édité par France Alzheimer pour aider à en parler avec eux :


http://www.francealzheimer.org/pages/association/livret-la-maladie-alzheimer-expliquee-aux-enfants.php


Bravo pour ton billet et courage à toi...



Céline Walea 14/01/2011 12:31



Tes mots sont très touchants et pudiques à la fois. Je suppose que tes enfants garderont de ton papa l'image d'un homme qui sourit et qui les aime. C'est déjà beau non ? Et ils garderont en
mémoire aussi l'image que tu renverras de lui et de votre relation qui a l'air très profonde. Ils garderont aussi sans doute de lui une ouverture d'esprit, une tolérance à la différence grâce à
ce papy pas comme les autres papys ! Bon courage et merci pour ton témoignage.



chocoladdict 14/01/2011 12:26



il est terrible et très touchant ton billet !


je suis d'accord avec Carole je crois que c'est pour toi que c'est plus dur, le avant/après la maladie...


dans un autre genre, j'ai du renoncer aussi à mes images idéales de relations grands-parents /enfants... 



MissBrownie 14/01/2011 12:17



J'ai perdu mon grand-père maternel à l'âge de 4 ans. Il n'avait pas la maladie d'Alzheimer mais une tumeur au cerveau... A la fin, il ne nous reconnaissait plus.


Un des souvenirs qui m'a marqué, c'est qu'un jour, avec ma petite soeur, nous lui avons amené un lapereau qui venait de naître. Il ne savait plus ce que c'était...


Malgré ces souvenirs malheureux, malgré le fait que ma mère ait très mal vécu la maladie et la mort de mon grand-père, je garde tout de même des souvenirs heureux de mon grand-père, peut-être
surtout parce que ma mère a toujours parlé de lui en bien, comme nous le faisons avec nos enfants à propos de mon beau-père, décédé avant leur naissance.


 


Puis tes enfants peuvent encore construire de jolis souvenirs.



Marjoliemaman 14/01/2011 12:13



Ce n'est pas Alzheimer chez moi qui rend un papi malade mais autre chose. Je sais que c'est difficile mais je sais aussi que mes enfants ont d'autres grands parents magnifiques. Tes enfants
gareront de ce papi ce que tu leur transmettras toi. Bises.



LMO 14/01/2011 11:49



Il est difficile ton récit, plein d'émotions et de chagrin...


JE suis de tout coeur avec toi, cette maladie est terrible, qui prend à ceux que l'on aime ce qu'ils ont de plus précieux...



celinovnac 14/01/2011 11:43



Bon ben voilà 11h39 je suis émue aux larmes devant mon PC, alors que je suis censée être une machine de guerre à chiffres en ce moment...


Je t'apporte tout mon soutien sous toutes les formes qu'il pourra prendre.


Bon anniversaire à ton Papa!



Carole Nipette 14/01/2011 11:15



Très touchant... Je me suis posée les mêmes questions que toi puisque ma fille n'a qu'un seul grand-père et n'a pas connu ses grands-mères, le sujet me rend triste mais je ne peux rien y faire,
elle se construit ainsi...


Tes enfants auront leurs souvenirs et les chériront même si ce ne sont pas les souvenirs que tu aurais voulu pour eux... Mais en fait je trouve ça beaucoup plus dur pour toi, eux ils l'auront
toujours connu ainsi, ils l'aiment ainsi sans se poser de questions... Ne t'inquiète pas pour tes enfants... et courage à toi... C'est ma hantise cette maladie...



Lucie Poum 14/01/2011 11:07



Ton billet m'a beaucoup émue, je suis de tout coeur avec toi...



Diane 14/01/2011 10:38



Un très bon anniversaire à ton papa.... je sais à quel point cette situation peut-être difficile à vivre au quotidien.... J'ai connu ma mamie avec Alzheimer mais je l'ai quand même connu. Mes
souvenirs avec elle ne sont que "des phrases à répéter "mais je me souviens d'elle, de son visage et mon père me racontait souvent des choses à propos d'elle. Anaïs qui n'a pas eu la chance
de connaître son papy "papy jean-claude" comme elle dit, moi qui avait peur du jour où elle poserait des questions, pourquoi elle n'a qu'un papy, qu'est-ce qu'il a eu... eh bien en fait c'est
venu naturellement et on a réussi à en parler librement toutes les deux, en lui montrant des photos, en lui racontant des anecdotes, comment il était et aujourd'hui, elle arrive à dire "tu sais
maman, j'ai 2 papys, c'est juste que papy jean-claude, je peux pas le voir mais lui il me voit". Mon papa fait parti d'elle. Que Mister E. et Little B. continue à prendre de ton papa tout ce
qui'il y a encore à prendre, qu'ils essaient de partager des moments forts, qu'ils donnent encore l'envie à ton papa de sourire et même s'ils sont petits, ils comprendront plus tard et garderont
des souvenirs uniques, j'en suis persuadée.... Je t'embrasse Lili !



lolitaaa 14/01/2011 10:27



Déjà un bel anniversaire à ton papa !


Tes p'tits gars se souviendront de lui comme de leur Papy, il est comme ça, pour eux cela doit être l'équivalent d'un trait de caractère, ni plus ni moins, leur papy sourit, leur papy les aime,
leur papy n'est pas forcement comme leur autre papy, mais ils l'aiment comme il est et c'est le plus important pour eux.


Je pense qu'en tant que parents on se pose beaucoup plus de questions qu'eux ne s'en posent.


Mes grands-parents paternels étaient différents et c'est comme ça qu'on les aimait !



Ali 14/01/2011 09:47



Je sais pas quoi te dire... si ce n'est que ça doit être terriblement difficile.


Mon père à moi c'est encore mon pilier... je sais pas ce que je deviendrait s'il lui arrivait de tomber malade...


Je suis de tout coeur avec toi...



Lola 14/01/2011 09:35



Texte très émouvant, et qui résonne, même si pour moi, la maladie ne touche que la génération du dessus (mon grand-père maternel).


La question du souvenir des grands-parents et des moments complices est qc qui me tient à coeur, d'autant plus que j'ai perdu tôt mon grand-père paternel, dont on me dit qu'il adorait les enfants
mais dont j'ai finalement assez peu de souvenirs - ce qui m'attriste. C'est un peu pour ça que j'ai commencé un blog (privé) pour mes enfants, avec photos et textes, dont je voudrais faire un
livre pour chacun d'eux, qu'il reste une trace de leur enfance... parce qu'on oublie tellement vite...


Alors tu as raison, fais le maximum de photos, ça aide à fixer la mémoire !



madamezazaofmars 14/01/2011 09:16



Je suis emue par ton texte, je ne rajouterai rien de plus, tes mots parlent pour eux



anne 14/01/2011 09:12



ouch!!! je me prend ton billet du jour en pleine poire....je ne savais pas qu'on avait cela en commun....si ce n'est que de mon côté c'est mon grand père qui souffre de cela... en tant que petite
fille je garde quand même de magnifique souvenir avec lui. Et oui les photos aident aussi, de mon côté non pas à me remémorer des moments du passé, mais à m'inventer toute une histoire autour qui
n'a certainement jamais existé. Mais cela fait du bien quand même de voir cela à l'age adulte. Au jour d'aujourd'hui le plus dur pour moi a été de voir souffrir ma grand mère c'est surtout cela
qui m'a marqué et qui m'a fait mal. Et cela nous a certainement plus rapproché et encore plus aujourd'hui car c'est la maie courage qui portait tout cela à bout de bras.


En tout cas je ne peux te souhaiter que du courage et surtout de profiter à fond des moments qui te sont encore offert avec lui! Le moment viendra ou tu devras parler avec tes petits hommes pour
leur expliquer pourquoi papy est différent mais il sera toujours leur papy.



Kpu 14/01/2011 08:37



Magnifique billet ma tendre amie. Quel courage de pouvoir parler de cela. Mais surtout quelle bonheur que tu arrives à en parler... oui, car en parler, c'est une façon d'essayer d'accepter, comme
Miss M. essaye de l'accepter avec son dessin...


Je ne te souhaite qu'une chose arriver à vivre avec, et à avancer, malgré les embuches et les douleurs futures auxquelles vous serez confronté dans l'avenir face à cette maladie...


Ne t'inquiète pas pour les souvenirs de Mister E et Little B, les photos avec leur Papy, c'est déjà un immense cadeau, ils seront si heureux plus tard que tu lui parles de lui et de se voir en
tof avec lui...


Avance ma jolie, poursuis ta route, malgré les embuches, avance et essaye de te reposer sur nous pour en parler, evacuer... et tenter d'accepter....