Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez-moi ici

   

mamanwhatelse@gmail.com

  

Publié par Mamanwhatelse

Cette petite phrase si juste je la dois à ma nièce et filleule, la grande et jolie M., qui alors âgée à peine de 6 ans, m'entendant râler après je ne sais plus quoi, m'avait clouée sur place.

Oui c'est vrai on ne fait pas toujours ce que l'on veut.
La preuve. Moi je voulais 15 jours tranquille sans enfants, à profiter de la vie parisienne, à me retrouver avec Papawhatelse, à sortir avec les copains, à repenser et réorganiser la chambre des kidswhatelse, à trier la cave et la maison pour préparer la brocante de septembre...
15 jours pour moi seule, à ne pas me battre pour chaque petit geste du quotidien, à ne pas me transformer en arbitre toutes les 10 minutes pour savoir qui a fait quoi et qui est responsable de quoi, à ne pas m'énerver et perdre ma patience en l'espace de quelques secondes le plus souvent pour un rien...
15 jours pour reprendre des forces, pour ne plus être la mégère et la femme acariâtre que j'étais devenue ces derniers temps à râler tout le temps.
Oui j'en avais bien besoin de ces 15 jours loin d'eux pour souffler un peu.

Mais dans la vie, on ne fait pas toujours ce que l'on veut et j'aurais du le savoir depuis le temps.
Un coup de fil, une petite urgence et me voilà obligée après à peine 3 petits jours de break à prendre le relais et retourner auprès des kidswhatelse.
3 petits jours pour faire ce que j'aurais du faire en 10 ou 15.
3 petits jours pour courir, tout préparer et s'organiser.
3 petits jours et puis s'en vont.

Dans le train du retour, j'ai eu du mal à contenir mes émotions : après 15 jours d'absence j'aurais sauté de joie à l'idée de retrouver mes petits hommes, mais là après juste 3 jours, j'hésitais. Perdue entre déception de cette pause évaporée et la nécessité de m'occuper d'eux.
Mauvaise mère? Sûrement un peu mais surtout et beaucoup humaine. Comme me l'a dit Kate sur Twitter (non non pas la duchesse de Cambridge, on n'est pas encore aussi intime toutes les 2!), je ne suis pas qu'une mère, je suis aussi une femme avec mes qualités et mes défauts, mes envies et mes besoins personnels.
Et mon besoin du moment c'était de souffler.
Mais voilà la vie est une bitch (je commence à le savoir depuis le temps mais je me fais encore avoir à chaque fois). 

photo-1-copie-1.JPG
Et puis, à peine arrivée, je suis allée récupérer mes kidswhatelse, chez leurs cousins le temps du relais.
Je les ai trouvés sur la plage l'un jouant et s'éclatant dans l'eau, l'autre en train de dormir à l'ombre d'un transat et mon coeur a fondu.
Envolées toutes les pensées négatives, chassées les idées noires, j'étais contente d'être là, de les retrouver, de sentir leurs gros bisous sur ma joue, leurs petites mains autour de mon cou, de les entendre me raconter leurs 3 petits jours à eux...
Ont-ils senti mon trouble, mon hésitation? Toujours est-il que la journée a été merveilleuse, calme, sans cris, sans lever la voix sans punition ni menaces... une belle journée comme nous n'en avions pas passé depuis longtemps.

Cette après-midi fut si belle et si douce qu'elle m'a servi de leçon : oui je continuerai à leur mettre des limites quand il le faut mais surtout je vais apprendre à me relâcher, à ne plus me mettre la pression pour un rien, à profiter de mes vacances et à leur laisser profiter eux aussi des leurs.
Je vais essayer de ne plus trop crier, de leur expliquer calmement les choses, de ne plus râler pour des broutilles, de lâcher prise, de choisir mes batailles et de me faire du bien.
Pour m'aider, au hasard de mes retards de lecture, j'ai trouvé un bouquin qui a été sûrement été écrit pour moi "J'arrête de râler sur mes enfants et mon conjoint".
1011430_549363711769161_1454009396_n.jpg
J'ai hâte de découvrir le programme de Christine Lewicki et Florence Leroy, les auteures, pour me sevrer de cette mauvaise habitude de râler qui fait de moi la maman et l'épouse que je ne veux pas être et redevenir plus zen.
Je devrais le recevoir demain, mais en attendant je dévore leur blog, plein de bons conseils et surtout qui me fait réaliser que non je ne suis pas seule dans ce cas, et surtout que oui, on peut changer ses automatismes!

Dans la vie on ne fait pas toujours ce que l'on veut, mais on peut essayer de tout mettre en oeuvre pour y arriver : je suis une wonderwoman et une wondermaman et je vais tout faire pour le rester!

PS : pour conjurer le sort et en rire, j'ai craqué sur un des badges de Minireyve, que j'ai fièrement accroché à mon sac à main. J'affiche clairement la couleur et j'assume!
Vous pouvez retrouver toute sa collection sur sa boutique ici

 

Rendez-vous sur Hellocoton !


Commenter cet article

Astrid (myparade) 09/08/2013 22:49

Ouuh juste trois jours de break ça me suffirait moi ! Je fais une overdose de filles là !!!!!!! Elles auront ma peau tssss...

ACécile 31/07/2013 15:46

Je suis passée chez Cultu.. hier et je me suis achetée ce fameux livre!!!! Ca a beaucoup fait rire le vendeur quand je lui ai dit que c'était pour mon mari!!!!
On fait le point apres les vacances??!!!!
Bises

Mamanwhatelse 31/07/2013 17:05



promis ça marche! j'ai la pression pour réussir maintenant que tu t'y mets aussi!



Natacha No Gluten 29/07/2013 21:12

ça m'intéresse de savoir comment est le livre :-)
Comme toi, je râle un peu, beaucoup, ça dépend!
Profites bien de ce bonus de vacances! J'aurais eu la même réaction que toi à ce changement de programme. Et j'aurais fondu...comme toi.

Mentalo 29/07/2013 11:27

Sans doute que 3 jours à l'échelle enfants équivaut à 15 jours qui nous seraient nécessaires à nous les parents. Chez nous point de break, entre l'éloignement géographique et les soucis de santé,
et notre très nombreuse progéniture, tu penses bien que souffler n'est pas au programme (bosser tout l'été à 120% au lieu des 80% promis, par contre, apparemment oui - MOURIR. Par contre, une
semaine ici, une semaine là, chacun des 3 grands va s'éloigner du reste de la fratrie - et punaise, sans culpabilité aucune, ils n'ont même pas le temps de me manquer - juste de constater la place
vide qu'ils laissent.

sophie-mum 29/07/2013 09:15

JE NE SAVAIS PAS QUIL Y AVAIT UN BLOG JE VAIS LE DEVOIRER AUSSI JE PENSE JEN AI BESOIN

Kat 27/07/2013 14:23

Hé oui nous les mamans on est souvent tiraillées entre l'amour pour nos enfants et le besoin d'air...En tout cas merci pour le lien du blog que je vais consulter car moi aussi je rale un peu trop à
mon gout !

LaFéeDuLac 27/07/2013 11:54

C'est tout à fait humain d'avoir besoin de souffler... Ca me fait rêver aussi !

working mum 27/07/2013 09:17

une histoire qui finit bien :-) je vais regarder leur blog également même si j'en ai pas du tout besoin!!! hahahhaa!!!

Lilirose 26/07/2013 23:11

Oui oui ta réaction est normale!
Ces break sont essentiels, indispensables.
Un mois complet avec mes loustics, à devoir les occuper, les empêcher de se
chamailler....J'angoisse.
Je file acheter ce livre dès demain.
Suite à un de tes billets j'avais acheté "j'ai tout essayé" et franchement j'ai trouvé ce livre plein de bon sens, d'astuces et ça m'avait redonné espoir.
Je vais le remettre sur ma table de nuit...

La maman des petits plats 26/07/2013 22:50

Désolée de lire ces nouvelles.

J'espère que tu trouveras d'autres moments pour avancer dans tes projets.

Cela dit, j'aime bien croire qu'il y a toujours du positif à tirer des "croche-pieds" de la vie : par contre, je te l'accorde, il sont parfois difficiles à trouver, sur le moment ...

Me réjouis de lire ce que tu penseras de ta future lecture. J'en aurais bien besoin moi aussi ;-)))

missbrownie 26/07/2013 17:40

Moi aussi il faudrait que j'arrête de râler ... mais comme toi, j'aurai bien besoin d'un break sans enfant !!! J'en peux plus moi aussi de jouer les arbitres :-(

afaurore 26/07/2013 16:25

il me tarde d'avoir ton avis sur ce livre

Sandra 26/07/2013 16:22

zen soyons zen

Carole Nipette 26/07/2013 16:22

voilà, il ne te reste qu'à profiter du mieux que tu peux de ces vacances, tu es mieux les pieds dans l'eau que les pieds dans la sueur de Paris qui pue et qui surchauffe :) mais je te comprends
très bien sinon, la réaction du début est tout à fait naturelle, j'ai envie de dire que le contraire aurait été suspect ! Bises