Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retrouvez-moi ici

   

mamanwhatelse@gmail.com

  

Publié par Mamanwhatelse

Après une année bien remplie entre ma classe et mon concours, après un mois de juin plus que chargé, après un super week-end en famille dans le sud pour les 70 ans de mon beau-père, après toutes ces émotions bonnes ou mauvaises de ces derniers mois, il était temps de décompresser et prendre du temps pour moi.

Décharger la charge mentale en somme, histoire de pouvoir la remplir à nouveau dès septembre, en évitant un débordement.

Tout était bouclé, cadré pour m'organiser et me recentrer égoïstement sur moi. Je devais avoir 20 jours juste pour moi, rien que pour moi, seulement pour moi. Je les avais bien mérités.

Lundi Little B et Sweet A sont restés chez leurs grands-parents, mardi j'ai accompagné Mister E à la gare pour son camp scout.
C'était parti pour d'abord 4 jours seule (avec Papawhatelse au boulot).
Ma to do list était quasi vierge. J'avais envie de shopping, de coudre, de regarder des séries, de cuisiner, de glander dans le canapé, de ne pas me soucier des repas, de ne parler à personne la journée, de vivre à mon rythme, de faire ce que j'avais envie quand j'en avais envie.
Je m'étais interdit tout rangement ou tri dans la maison, histoire de ne pas me polluer mon temps libre par le quotidien familial.

Et puis ces 4 jours se sont finalement transformés en 27 heures.
C'est déjà pas mal me direz-vous. Oui je sais que certaines n'ont pas la chance de pouvoir souffler ne serait-ce qu'une journée. Mais vous savez que c'est aussi assez rare pour moi de n'avoir aucun enfant à m'occuper. Plusieurs années que ça ne m'était plus arrivé d'ailleurs. Alors autant vous dire que ces 4 jours, je les attendais avec impatience, je les chérissais d'avance, j'y avais placé de grandes espérances.

Oui mais voilà quand on est maman, c'est 365 jours sur 365, que nos enfants soient à côté de nous ou à plusieurs centaines de kilomètres. La distance ne change rien à notre condition, condition que l'on a choisie sans forcément en mesurer toutes les conséquences sur notre propre être et nos propres sentiments.

Et puis parfois le téléphone sonne, pour nous dire que l'un d'entre eux est malade et qu'il faut venir le chercher.
C'est ce qui s'est passé ce midi avec Mister E. Un coup de fil de son chef scout, un nouvel épisode migraineux (le 2ème en 4 mois), un garçon en pleurs qui vous supplie de venir le chercher.... et me voilà partie sur la route à 120km de chez moi, pour aller récupérer mon ainé.

Je me suis radoucie depuis mon retour il y a quelques heures mais j'ai ressassé ma colère sur tout le chemin aller. Je sais bien que Mister E n'y était pour rien mais c'était plus fort que moi. 
Mes quelques jours de liberté s'envolaient et j'en voulais à la terre entière.

Il fallait déjà rallumer la charge mentale.
Avaler les 250km, affronter les bouchons, s'occuper du malade, faire à manger, réfléchir à la marche à suivre pour trouver la cause de ses migraines (prendre rdv chez le pédiatre et l'ophtalmo), vider le sac, laver les fringues, décaler la livraison de courses, annuler mes rdv.... ça ne finirait donc jamais... il n'y a pas de bouton pause, jamais.... 

Alors j'ai mis la musique très forte, j'ai ouvert le toit ouvrant, j'ai roulé un tout petit peu plus vite que la limite autorisée (135km/h pour 130 c'est pas foufou non plus), je me suis sentie seule au monde au milieu des champs, sur les dernières petites routes de campagne qui me séparaient de lui.
100 mètres avant d'arriver, je me suis arrêtée, j'ai soufflé un grand coup puis j'ai renfilé ma cape de maman, celle qui chasse la colère, celle qui console, celle qui réconforte, celle qui soigne.

Nous avons fait le chemin inverse dans un grand silence, moi parce que j'avais peur de dire un mot de travers, lui parce qu'il savait très bien que mes projets tombaient à l'eau. J'avais tant répété que j'étais heureuse de me mettre sur pause.... sûrement trop...

Il dort maintenant, il a besoin d'être dans le noir et dans le silence complet pour chasser ses migraines. Espérons que cet épisode passe plus vite que le précédent. Je vais jouer les gardes malades moi qui ne rêvait que d'être seule.... 

Mardi prochain, il part rejoindre son frère et sa soeur à son tour.
8 petits jours seule m'attendent à nouveau. Mais je ne vais pas m'en réjouir. Vu ce que ça m'a couté cette fois-ci, je préfère être prudente. 
Je devais en avoir quasi le double, et ce soir ça me reste encore en travers de la gorge. La colère et la tristesse sont toujours là.
J'ai le coeur gros. Gros de déception de voir cette liberté partir en fumée, gros de culpabilité d'avoir toutes ces pensées égoïstes.... 
Je suis très certainement une mère indigne qui ne pense qu'à elle même mais avant d'être une maman, une épouse, je suis juste moi, simplement moi qui n'avais plus envie de m'occuper de personne pour une fois....

Ça ira mieux demain.

PS : cette photo date de ce week-end, à siroter un cocktail dans un cadre magique... Bring me back....

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

Sarah Goldblum 25/07/2019 23:21

Bien plus simple, chaque année depuis qu’ils ont 11 ans. Ils passent la totalité de leur vacance en colonie de vacances séparés les uns des autres. Aucun probleme comme les votre. J’ai la paix, mon mari aussi, les grands parents idem et je n’ai pas besoin de m’etaler dans un blog et chouiner pour des conneries. Ils sont autonomes, ne nous emmerdent pour un oui ou pour un non, ils ont compris qu’on n’étaient pas des parents manipulables et corvéables á merci par leurs sales gosses mal élevés. Nous ne sommes pas les “amis” de notre descendance mais leur Parents.

Bananasplit 25/08/2019 15:30

Que ce commentaire est doux et bienveillant... C’est à se demander pourquoi vous lisez ce blog !

Mamanwhatelse 30/07/2019 22:46

c'est bien encore faut-il avoir les moyens de payer des colonies de vacances pour 3 semaines.... quand on voit les prix c'est intouchable avec 3 enfants. Et les grands-parents sont ravis de passer ce temps-là avec leurs petits enfants

Lisa 25/07/2019 08:12

Ca m'est arrive aussi l'an dernier juste avant une escapade amoureuse dont je revais depuis des semaines. Ben au final le bambinet a gueri et c'est monsieur qu'a fini a l'hosto... j'ai mis quelques semaines a me remettre de la deception! Mais la je clos 18 jours sans mari ni enfant (mais en bossant). J'ai ete un peu malade mais ca m'a bien reposee quand meme !

Aude 12/07/2019 10:45

Ohhhhh que je visualise bien la scene dans la voiture.....
Et ce sentiment de culpabilité qu'on a .....ou pas...
Et le regard des autres quand on leur raconte....
comme si a aucun moment, ils n'avaient envie d'avoir du temps pour eux, ou bien du style (pour les plus anciens), tu as voulu des enfants, tu les as ....

je compatis TOTALEMENT.....
bon courage à toi....
"ca va passer"....
;-)..

Mamanwhatelse 22/07/2019 23:06

Merci ;-)

marie 12/07/2019 09:45

je comprends... combien de plans annulés au dernier moment parce qu'un enfant malade etc... et l'impression que JAMAIS on n'arrive à avoir du temps pour soi alors qu'on en donne tant aux autres... c'est INJUSTE... et puis l'instinct maternel reprend le dessus, la CULPABILITE d'avoir pensé ça ne serait-ce que quelques mn...

Une parisienne à Vincennes 12/07/2019 00:14

Les miens aussi remontent plus tôt je suis deg

Sarah 25/07/2019 23:20

Bien plus simple, chaque année depuis qu’ils ont 11 ans. Ils passent la totalité de leur vacance en colonie de vacances séparés les uns des autres. Aucun probleme comme les votre. J’ai la paix, mon mari aussi, les grands parents idem et je n’ai pas besoin de m’etaler dans un blog et chouiner pour des conneries. Ils sont autonomes, ne nous emmerdent pour un oui ou pour un non, ils ont compris qu’on n’étaient pas des parents manipulables et corvéables á merci par leurs sales gosses mal élevés. Nous ne sommes pas les “amis” de notre descendance mais leur Parents.

Mamanwhatelse 12/07/2019 08:49

flûte! pas de souci? Ils écourtent car ils s'ennuient de toi???

Petites Marionnettes 11/07/2019 09:27

Comme je comprends la tristesse et la colère !
Ça me fait penser à mon été 2013 gâché passé à l'hôpital. Cest sûrement d'ailleurs pour ça que je suis une psychopathe des vacances maintenant.
Même si tu n'es pas seule, avec ton aîné tu peux aussi faire le minimum. Gros bisous et à ce soir pour un cocktail ! ????
Marion

Mamanwhatelse 11/07/2019 09:45

Oh oui j’ai besoin de boire!! ????????

Isabelle HARBELOT 11/07/2019 08:59

ah oui je vois bien.... cette année j'ai normalement une fenêtre un peu plus grande que les années précédentes (une semaine au lieu de 3/4 jours).... mais je vais placer une journée pour mes parents dans cette semaine là! ce serait trop simple, si les parents ne redevenaient pas un peu des enfants à s'occuper... Bon courage!

Mamanwhatelse 11/07/2019 09:46

Bon courage à toi aussi! Les parents qui redeviennent des enfants je connais bien aussi!

Sevy 11/07/2019 08:07

Ça fait du bien de vous lire... Il m'est arrivé la même chose l'année dernière mais c'est moi qui suis tombé malade... Alors je comprends la tristesse et la colère... Ce n'est pas être une mère indigne mais juste être honnête... 365 jours / 365 à tout gérer... Une pause de temps en temps, c'est bien mérité ! J'espère que la semaine prochaine sera la bonne ! ????

Mamanwhatelse 11/07/2019 09:47

Je croise les doigts aussi!!! ????

Delphine 11/07/2019 06:51

Que je te comprends...cet été pour la première fois les enfants partent tous les 3 en même temps chez leurs grand parents...une semaine à être seulement à deux (on travaillera encore mais on aura nos soirées youhou). J'attends cette semaine avec grande impatience, je comprend donc ta déception ????

Mamanwhatelse 11/07/2019 09:48

Bonne semaine! Même en travaillant c’est juste du bonheur de n’avoir que soi atgerer!soi à