Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez-moi ici

   

mamanwhatelse@gmail.com

  

Publié par Mamanwhatelse

J'ai souvent entendu mes amis se demander si ils allaient aimer autant leur second enfant que le premier. Je peux dire en toute honnêteté que je ne me suis jamais posée cette question. J'ai toujours su au fond de moi que j'aimerai mes enfants autant que les autres.
Et c'est le cas aujourd'hui. Je les aime tous les 3 de manière inconsidérée, chacun à leur façon de part le lien que j'ai créé avec eux.
Je suis fière d'eux tous, ils me font tenir quand le moral n'est pas là, ils me font hurler quand ils me poussent à bout (jamais en même temps mais chacun leur tour sinon ça serait trop facile), ils me font sourire quand je les vois interagir ensemble.
Si mon amour est le même pour Mister E, Little B ou Sweet A, j'ai pour chacun d'entre eux une tendresse particulière.

Mister E c'est mon tout premier, celui qui a fait de moi une maman, qui m'a fait découvrir cet amour si fort pour la chair de ma chair. Lui qui on s'entraine à être de bons parents aimants et bienveillants et qui essuie un peu les plâtres de nos tâtonnements en matière d'éducation. Lui qui fera les frais de notre prudence et qui aura sûrement le droit de grandir un peu moins vite que ses frère et soeur.

Little B c'est mon hyper sensible, mon "à fleur de peau", qui crie un peu beaucoup et surtout pas quand il a mal. Il me fait penser à moi, enfant et souvent je lui répète les mêmes conseils que mon papa me prodiguait. Lui et moi, on est un peu de la même trempe, de celle des seconds qui ont l'impression qu'on ne fait pas attention à eux, d'être relégué au second plan. Lui qui a besoin d'attention et qu'on lui prouve notre affection tout le temps.

Et puis il y a Sweet A. Elle, ma fille totalement inattendue. Elle avec qui je viens de passer quasi 3 années en tête à tête, cet enfant avec qui j'ai pu aller au bout de mes envies d'allaitement pendant 11 mois. Elle à qui je pourrais tout passer ou presque, elle qui me fait oublier mes principes, elle qui me fait dire "non mais oui" tout le temps.
Souvent toutes les 2, on se regarde dans le fond des yeux et je sais qu'elle a conscience de ce lien si fort qui nous unit. Elle, c'est le point d'orgue de notre famille. Celle qui vient parfaire cet édifice d'amour que nous avions commencé à construire à 4. Celle qui fait le lien entre nous tous, ce fil invisible qui nous unit et réunit. 

Elle, c'est ma cerise sur le gâteau. The cherry on the cake comme disent les anglais. Rouge clair, rubis, jaune ou noir, elle nous en fait voir de toutes les couleurs mais on savoure cette petite personne qui nous fait exploser le coeur à tous! 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

Nina 25/02/2017 09:28

Légère préférence pour la petite dernière quand même ? En tout cas c'est ce qui transparaît vu de l'extérieur et en lisant votre texte il semblerait que ça soit le cas.
Je pense qu'avoir une préférence pour un enfant est inévitable, on les adore mais on a forcément plus d'affinités avec l'un d'eux. Le pire c'est de nier cette préférence car c'est ce déni qui détruit le lien parent-enfant et le lien entre frères et sœurs sur le long terme.

mamanwhatelse 27/02/2017 14:49

non pas du tout! Comme je l'explique l'affection est différente, du fait de leur place, leur âge et leur sexe... peut-être qu'on peut croire que cela mais le fait qu'elle soit encore un bébé joue dans ce ressenti mais vraiment il n'y aucune préférence!!!! Je les aime tous différemment et pour des raisons différentes

Kid Friendly 23/02/2017 14:44

C'est marrant, j'ai en brouillon depuis des mois un billet similaire, sur le fait de les aimer tous autant mais en fonction aussi de leur singularité et de la singularité de leur place dans la fratrie...

mamanwhatelse 27/02/2017 14:46

;-) vas-y j'ai hâte de le lire!